Parc national de la Guadeloupe
-A +A
Share

Etude des Hylodes en basse-terre : Gounouy la ka chanter

Les Amphibiens sont aujourd’hui très menacés par de multiples facteurs tels que la fragmentation de leurs habitats, la pollution, les maladies et les changements climatiques …
Malheureusement, peu de données figurent sur les densités de populations ainsi que les aires de répartition de ces espèces, dans les milieux tropicaux et notamment en Guadeloupe. Afin de mieux intégrer les Amphibiens dans le cadre de programmes de conservation, il semble primordial à ce jour, d’améliorer nos connaissances sur ces espèces.

C’est dans ce cadre là, que le CNRS en partenariat avec le Parc national de la Guadeloupe, ont entrepris une étude de recherche en 2013. Celle-ci a pour but, d’étudier la biodiversité des Hylodes au sein de la circonscription du Parc national de la Guadeloupe en basse-terre, par le biais d’analyses de l’évolution du système de communication acoustique, ainsi que de la variation morphologique et génétique d’individus de différentes espèces, en fonction de différents milieux. Les espèces étudiées sont Eleutherodactylus pinchoni, E. johnstonei, E. martinicensis et E. barlagnei. Leurs chants ont été enregistrés et analysés grâce à des enregistreurs automatiques.

Photographie du comportement vocal de trois espèces d'hylodes
Photographie du comportement vocal de trois espèces d'hylodes : E. martinicensis (en haut à gauche), E. johnstonei (en bas à gauche) et Eleutherodactylus pinchoni (en haut à droite, forêt des Bains Jaunes ; en bas à droite, savane à Mulet - Soufrière).

Il a été démontré lors de cette étude, qu’il existe trois voir quatre types de chants différents émis par ces espèces. 32Go de données acoustiques ont été récoltés et environ 300 individus ont pu être échantillonnés. Malheureusement, l’endémique E.barlagnei n’a pas pu être observée. Des analyses complémentaires, sur un échantillonnage plus étendu seront néanmoins souhaitables.

Enregistreur autonome
Enregistreur autonome permettant a) l'enregistrement programmable (vue interne) ; b) enregistreur automatique in situ (Matouba) ; c) programmation de l'appareil ; d) sauvegarde et contrôle des données sur ordinateur.

Une future étude, dans le cadre du partenariat entre le Parc national de la Guadeloupe et le CNRS, devrait d’ailleurs débuter d’ici le mois de Décembre. Elle permettra d’assurer une continuité des recherches auparavant présentées. Les espèces étudiées seront les mêmes à savoir Eleutherodactylus pinchoni, Eleutherodactylus barlagnei, Eleutherodactylus martinicensis, Eleutherodactylus johnstonei. Il s’agira ainsi, dans une démarche similaire, d’analyser la dynamique de communication acoustique de ces espèces, de cartographier les zones d’occurrence, d’étudier la compétition entre les espèces et notamment le caractère invasif de E.johnstonei. Cette étude permettra par la suite, de faire émerger des préconisations de gestion, en faveur de la protection des Hylodes en Guadeloupe.

Vous pouvez consulter le rapport "Bioacoustique de la batrachofaune guadeloupéenne" de cette première étude en cliquant sur le lien.