Parc national de la Guadeloupe
-A +A
Share

Objectifs

La Guadeloupe possède encore de beaux ensembles naturels bien conservés tels que le massif forestier de la Basse Terre ou le Grand Cul-de-Sac marin. Au-delà de ces grands complexes bénéficiant d’assez larges statuts de protection, les pressions anthropiques sont incontournables avec tous leurs effets délétères sur l’environnement.
Les grands enjeux sont donc ceux liés aux impacts directs et indirects sur les écosystèmes et les ressources naturelles qui fournissent à la fois un cadre de vie, une valeur économique et plus généralement un patrimoine commun.

© Parc National de la Guadeloupe

L’homme agit au travers de ses activités sur la nature et modifie plus ou moins profondément les écosystèmes jusqu’à les domestiquer à son service à l’exemple de l’agriculture, de l’aquaculture ou de l’élevage mais aussi les détruit irréversiblement par ses aménagements et par les flux de pollution qu’il engendre.

La Guadeloupe possède sur une surface de seulement 1 700 km2 des espaces d’une très haute naturalité très peu perturbés tels que les forêts humides des sommets de la Basse Terre et des espaces plus ou moins artificialisés ou impactés par les activités humaines qui portent l’empreinte de son histoire. Il n’est pas de raison de les opposer, la nature ne connaissant pas de frontières, mais de veiller pour les uns à consolider leur connaissance et leur conservation face aux usages présents et aux impacts des changements globaux ; pour les autres à pouvoir préserver des fonctionnalités essentielles dont dépendent les ressources exploitées par l’homme (l’eau, les sols, le bois, les espèces commerciales…) et ses paysages - directement liés à l’attractivité touristique de la Région.

L’accroissement constant des populations et le développement qui l’accompagne imposent, sur un espace insulaire exigu, un devoir l’excellence et d’innovation dans l’aménagement du territoire et la préservation du patrimoine. La prise en compte de l’identité culturelle de ce territoire dans les choix d’aménagement de gestion des territoires est une condition essentielle de réussite.

De la terre à la mer, parmi les grands enjeux identifiés dans les objectifs et orientations de la charte de territoire, un certain nombre de mesures impliquent clairement des besoins pour lesquels la science a un rôle à jouer. Ces grands sujets d’étude devront impérativement mobiliser les sciences humaines qui contribueront à une meilleure compréhension des processus et à la mise en œuvre plus efficace des mesures à déployer.

L’établissement public du parc doit au travers de son action directe et indirecte dans le domaine scientifique apporter de la substance à la mise en œuvre des politiques publiques en faveur de la préservation du patrimoine. Les questions de recherche doivent être approfondies dans une vision pluridisciplinaire intégrant les sciences humaines.

Téléchargez le document dans son intégralité en cliquant sur les liens ci-dessous.