Parc national de la Guadeloupe
-A +A
Share

Les marins

©

Selon plusieurs spécialistes, les oiseaux marins nicheurs des Caraïbes ne représenteraient plus que 10% des populations présentes avant l’arrivée des Européens. Les espèces citées ci-après sont des oiseaux marins au sens strict, elles s’alimentent en mer, parfois y dorment et se reproduisent sur le littoral ou sur les îlots de la Guadeloupe (Leblond, 2003).

Le « Grand gosier », (Pelecanus occidentalis) est de passage dans nos îles. Sa pêche en piquet est très spectaculaire. Il a donné son nom a une commune de la Guadeloupe et reste son emblème, le Gosier. Le Fou brun (Sula leucogaster), passe souvent inaperçu avec son vol rasant l’eau et ses couleurs foncées. C’est une espèce sédentaire.

La frégate magnifique ou « Mal fini » (Fregata magnificens), surnommée ainsi en raison de sa queue en ciseaux est un oiseau pisicivore et très bon voilier. Le mâle est noir et remarquable par la présence d’une poche rouge sous la gorge qu’il gonfle pendant les parades nuptiales. La femelle et les juvéniles sont tachés de blanc sur le dos et la poitrine.

Les Sternes à « manteau blanc » : La Petite Sterne des Antilles (Sterna antillarum) est la plus petite sterne que l’on peut rencontrer en Guadeloupe. Elle est commune mais localisée dans les Grandes Antilles et au nord des Petites Antilles. Son bec est jaune à pointe noire. La Sterne de Dougall (Sterna dougalli), répandue aux Antilles mais reste localisée.
Les zones littorales hébergent une grande diversité d’oiseaux : 29 des 62 espèces nicheuses connues en Guadeloupe y nichent (dont 11 oiseaux marins) ; 8 espèces inféodées aux zones littorales humides y sont présentes ;

il s’agit du Héron garde-boeuf (Bubulcus ibis), l’Aigrette neigeuse (Egretta thula), le Crabier Bois (Nycticorax violacea), le Kio (Butorides striatus), le Kio jaune (Ixobrychus exilis), la Pintade (Rallus longisrostris), l’Echasse (Himantopus mexicanus) et la Pluvier de Wilson (Charadrius wilsonia).

Deux espèces de Sternes viennent régulièrement nicher dans la baie du Grand Cul-de-Sac Marin, la Petite sterne (Sterna antillarum) et la Sterne de Dougall (Sterna dougallii). Les résultats de 2009 du protocole de suivi des Sternes Nicheuses notent la présence de Sternes adultes sur le banc de sable et une centaine d’individus inventoriés. La présence soudaine de juvéniles a aussi été notée. Ils proviennent d’autres sites de reproduction comme l’îlet Tête à l’Anglais ou des bancs de sables qui émergent du Petit Cul-de-Sac Marin. Ils soulignent le fait que l’îlet blanc est aussi un reposoir et un lieu de rassemblement pour les populations de sternes jeunes ou adultes, et leur permet d’exploiter les bancs de pisquettes présents dans le lagon. Ce banc de sable des îlets Carénage reste ainsi un site privilégié unique dans le Grand Cul-de-Sac Marin de part sa protection. Il contribue à maintenir une biodiversité importante dans le lagon et à assurer la survie des populations de Sternes Nicheuses ou hivernantes (Bilans 2009, PNG).