Parc national de la Guadeloupe
-A +A
Share

Eaux douces

Dans les solitudes forestières situées en bordure de rivières ou d’eau douce, il est possible d’observer :
 
Le palétuvier jaune

Symphonia globulifera est un arbre que l’on trouve dans la forêt marécageuse d’arrière mangrove, dans les fonds humides de la forêt hygrophile, et aux bords des étangs, qui peut atteindre 30 mètres de haut, bien qu’on le rencontre souvent sous forme d’arbuste de moins de 6 mètres. Ses branches horizontales et rayonnantes sont caractéristiques et ses fleurs, pourpres et vives. La base du tronc est munie sur 1 à 3 mètres de nombreuses racines échasses arquées s’enfonçant dans le sol. Cette similitude avec les palétuviers de la mangrove est à l’origine de son nom. La présence fréquente de ce système racinaire dans les marécages et sur les rives des cours d’eau suggère une adaptation mécanique et physiologique à des sols instables et asphyxiants. Imputrescible, son bois est particulièrement apprécié en ébénisterie et en ameublement ; à la moindre blessure, il laisse perler un latex de couleur jaune ap­pelé « résine de Manil » utilisé pour le calfatage des navires et la confection de torches.

 

Sève du gommier blanc - M. Dumoulin © Parc National de la Guadeloupe

Les géants de la forêt sont impressionnants par leur hauteur, mais leur base est encore plus étonnante. Le tronc, ses contreforts et les racines qui les prolongent forment de véritables sculptures, parfois même des monuments tant leur taille est considérable.

 

Le gommier blanc

Dacryodes excelsa, grand arbre caractéristique de la forêt dense humide de Guadeloupe, peut atteindre 35 mètres de haut pour un diamètre de 1,5 mètre. Le tronc est droit, élancé. Il secrète une résine blanche inflammable à odeur de térébenthine, appelée gomme ou encens, à la moindre blessure. Cette résine est souvent visible sur le tronc ou les racines affleurant le sol. Bien que sensible aux termites et à l’humidité, son bois peut être utilisé en ameublement, ébénisterie, charpente, bardage et caisserie. Mais c’est surtout son tronc qui, creusé par le feu, servait aux Amérindiens pour fabriquer des pirogues. Sa gomme est traditionnellement utilisée pour allumer le feu car elle se consume lentement, quelle que soit l’humidité ambiante. Elle dégage alors une forte odeur d’encens.

 

Le Jambosier

Originaire d’Asie (Inde ou Malaisie), le jambosier (Syzygium malaccense) est plus connu sous son nom créole « pom woz », qu’il doit à ses fruits qui ressemblent à une petite pomme au parfum de rose. La floraison a lieu à la fin du carême, d’avril à juin. Durant cette période, les cimes larges et retombantes des « pom woz » sont couvertes de fleurs couleur ivoire. Avec leur large corolle (6 à 9 cm) et leurs innombrables étamines (environ 300 par fleur), chacune longue de plus de 4 cm, ces fleurs égaient momentanément les rives du Grand-Étang habituées au vert sombre de la forêt.