Parc national de la Guadeloupe
-A +A
Share
Le 28/09/2022
Scientifique

Le 29 septembre marque la journée mondiale des rivières et des fleuves. A cette occasion, le Parc national de la Guadeloupe vous propose de découvrir l’une de ses actions scientifiques : le suivi des peuplements de rivière.

Depuis 2005, les équipes du Parc suivent chaque année l’évolution des populations de crustacés et poissons d’eau douce. Ce protocole a pour objectif de suivre la biodiversité présente dans les cours d’eau de la Guadeloupe. Il fournit des indications sur l’état de santé de ces cours d’eau.

Comment ça marche ?

A l’aide d’un appareil de pêche électrique* et d’épuisettes, les agents récupèrent poissons et crustacés dans une zone définie. Après prospection de toute la zone, les individus sont triés par espèce : les queue-rouge, les colles-roches, etc. Puis chaque espèce est comptée, pesée et mesurée. Après avoir récolté toutes ces informations, les poissons et crustacés sont relâchés vivants dans la rivière. Ces données permettent de calculer un indice afin d’évaluer l’état de santé des cours d’eau. L’enjeu est de définir s’il existe une érosion des peuplements aquatiques, c’est-à-dire si ces populations diminuent en quantité et en diversité.

Quelles sont les espèces étudiées ?

Les espèces présentes varient en fonction du site. Parmi les plus emblématiques, on peut citer les ouassous (Macrobrachium carcinus) et les cacadors (Atya scabra) mais il existe de nombreuses autres espèces de crustacés : les Alexis gros-mordant (Macrobrachium faustinum), les Grand-bras (Macrobrachium heterochirus), les Petit-bouc (Micratya poeyi), sans oublier les crabes cirique (Guinotia dentata). Attention, malgré nos croyances, il n’existe pas d’écrevisse en Guadeloupe : cacadors, ouassous et queue-rouge sont toutes des espèces de crevettes ! En rivière, il est également possible d’étudier des poissons comme les colle-roche (Sicydium spp) et les mulet montagne (Agonostomus monticola).

Pour en savoir plus sur la faune aquatique de Guadeloupe :

http://www.guadeloupe-parcnational.fr/fr/des-connaissances/patrimoines-n...

http://www.guadeloupe-parcnational.fr/fr/des-connaissances/patrimoines-n...

Attention aux envahisseurs !

En plus des espèces locales citées, il arrive parfois que les agents du Parc trouvent des espèces exotiques dans leur filets : Golomine (Poecilia vivipara), Guppy (Poecilia reticulata), Tilapia (Oreochromis mossambicus) ou encore Pléco (Ancistrus Triradiatus). Ces espèces sont pour certaines considérées comme envahissantes (ex. le pléco) qui proviennent d’un relacher d’aquarium. Ces espèces ont un véritable impact qui peut être néfaste pour la biodiversité locale.

Pour en savoir plus, la BD « Que faire des poissons d’aquarium » vous donne les bons gestes à adopter pour éviter d'introduire des poissons d'aquarium dans la nature.