Parc national de la Guadeloupe
-A +A
Share

Mares et étangs

Bleu de l’étang et vert de la forêt. Caractère emprunt de solitude et de silence, à l’écoute des eaux dormantes, illuminées la nuit par les danses flamboyantes d’innombrables lucioles. En plus de ses rivières, Basse-Terre renferme des étendues d’eau douce aux noms étranges d’ As de Pique, Madère, Roche ou Zombis, étangs situés près des Chutes du Carbet, à environ 400 mètres d’altitude, formés par des coulées de lave, il y a plus de 10 000 ans.

Le plus vaste, le Grand-Étang, situé dans le Parc national, s’étend sur cinq hectares pour une profondeur de 10 mètres environ. Calme apparent, car les étangs sont des formations rares et éphémères qui poursuivent leur lente évolution.

Etang de la citerne - M. Dumouin © Parc national de la Guadeloupe

L’intensité des phénomènes d’érosion tend à détruire les seuils qui retiennent l’eau et à combler les dépressions en y déposant des sédiments. Petit à petit, la zone d’eau libre diminue et l’étang se rétrécit. Sans intervention humaine (arrachage, fauchage des végétaux, dragage des sédiments), l’étang est condamné à disparaître.

Peuplé de poissons comme le guppy, le tilappia, ou le xipho (espèces introduites), les étangs foisonnent de crabes, mollusques, crevettes en tout genre dont le vrai ouassou (Macrobrachium carcinus), devenu très rare dans les rivières de Basse-Terre... Ces écosystèmes aquatiques sont les lieux de migration de ces derniers. Toutes les crevettes d’eau douce de Guadeloupe une fois leur développement larvaire terminé dans les eaux saumâtres des estuaires et des mangroves, remontent les rivières pour continuer leur développement d’adulte en eau douce. Près des étangs, s’observent des espèces de forêt humide, dont la plus répandue des libellules guadeloupéenne appelée « tzing’ tzing’ ou libellule rouge ». Certains spécimens originaux qui ne présentent aucun danger pour l’homme ne peuvent s’observer que la nuit. Ainsi, huit espèces de chauves-souris ont été repérées à proximité du Grand Étang, dont le Noctilion Pêcheur et le Sturnire de la Guadeloupe (endémiques)... Survolant les eaux calmes, elles repèrent les poissons en surface et, les pattes à fleur d’eau à la manière d’un râteau, accrochent la proie malheureuse qui aura trahi sa présence.

 M.Dumouin - Parc national de la Guadeloupe

La mare, milieu caractéristique de l’île calcaire qu’est la Grande-Terre, est habitée par la libellule (Orthémis macrostigma), et reste indispensable à sa survie. En effet, les larves de libellule passent jusqu’à cinq ans de leur existence en milieu aquatique, se nourrissant principalement de larves de moustiques. Même si les cours d’eau sont presque inexistants en Grande-Terre et sur Marie-Galante en raison des faibles précipitations et de la nature du sol, on y dénombre pas moins de 2500 mares sur les deux îles, et un total de 2 688 mares sur l’ensemble de la Guadeloupe (DIREN 2001). Elles sont d’origine naturelle pour certaines, formées grâce à une terre argileuse imperméable ou à une remontée de la nappe phréatique (Grands-Fonds), et alimentées par le ruissellement de l’eau de pluie. D’autres sont artificielles et ont été créées à des fins agricoles. Permanentes ou temporaires, elles constituent un refuge pour une faune et une flore bien spécifiques et variées (tortues aquatiques, crapaud buffle...).